• ven. Août 19th, 2022

Retro77

La revue automobile dans le retro, mais aussi dans le futur

ESSAI Toyota RAV-4 2006 : Redéfinition des standards

Fév 15, 2022
Toyota RAV-4 2006

Entré sur le marché en 1994, le petit 4×4 trois portes de Toyota a connu un succès immédiat. Vite à la mode, le RAV-4 (Recreational Active Vehicule with 4 wheel-Drive – Véhicule actif de loisirs à 4 roues motrices) a su séduire les plus jeunes avec sa silhouette ludique et décalée, et enchanter les autres avec ses capacités de tout-chemin. Entièrement redessiné en 2000, il bénéficie d’une meilleure qualité perçue. Le restylage de la face avant en 2003, permet de redynamiser les ventes. En 2006, la troisième génération ne compte pas laisser sa place de leader sur le marché des SUV compacts. Elle dispose d’une image encore plus qualitative et des prestations de plus en plus proches de celles d’une berline. Le défi est alors de devenir la référence en terme de qualité et de performances, mais aussi de pénétrer le « segment » des SUV haut de gamme dont les ventes devraient doubler d’ici 2007. Le RAV-4 Diesel D-4D 177 ch Clean Power en finition Techno est là pour cela.

Essai réalisé le 22 mars 2006.

Compact à l’extérieur

toyota-rav4-1

Esthétiquement, la carrosserie évolue en longueur, en largeur et hauteur, mais le RAV-4 conserve quand même son identité ainsi que son charme acquit avec les anciennes versions. Ca ne va pas faire plaisir à nos chères parisiennes, mais le nouveau RAV-4 n’est disponible qu’en version 5 portes. Il s’allonge en plus de 145 mm, et gagne 80 mm en largeur ainsi qu’en hauteur. Si la plus part trouveront leur bonheur dans cette ultime évolution plus habitable, les autres devront attendre la sortie du futur modèle de la filiale Daihatsu, le D-Compact.

Le design sympathique du RAV-4 est à la fois composé de dynamisme et d’élégance avec ses lignes franches et ses angles arrondis. De face, il dévoile son caractère avec ses optiques acérés et son bouclier massif. De profil, la silhouette dynamique est renforcée pas de grosses roues de 17 ou 18″ suivant la finition choisie. La poupe quant à elle évolue peu, mis à part l’augmentation du porte-à-faux (85 mm).

La version D-4D 177 ch est équipée d’élargisseurs d’ailes, d’optiques avant spécifiques, ainsi qu’une couleur « Vert Amazone métallisée » et une nouvelle calandre qui intègre deux barrettes chromées. Les vitres arrière sont surteintées. La roue de secours initialement accrochée sur la porte du coffre sur les versions précédentes, est remplacée par des pneumatiques spécifiques « runflat » à roulage à plat de 18″ permettant de rouler dégonflé pendant 160 km à une allure maximale de 90 km/h. L’intérêt de ce système est d’utiliser des pneumatiques et des jantes tout à fait ordinaires en y intégrant simplement un support qui permet de conserver une hauteur de flanc suffisante pour circuler. Inutile donc d’utiliser des pneumatiques à flanc renforcés qui pénaliseraient le confort général.

SUV élégant, le RAV-4 fait également la part belle à la sécurité. Sa structure de carrosserie absorbe les éventuels chocs piétons et limite la gravité des blessures. Les ailes, le bouclier et le capot utilisent dans ce sens le meilleur de la technologie actuelle, avec des zones déformables pour l’absorption d’énergie.

Grand à l’intérieur

toyota-rav4-2A l’intérieur, le RAV-4 monte d’une gamme et se veut plus raffiné que l’ancien modèle, en intégrant des matériaux doux au toucher, d’aspect qualitatif et facile d’entretien. La qualité réelle est moyenne mais l’ensemble est cohérent surtout pour un « baroudeur ».
La console centrale rappelle celle du Lexus RX, ce qui est plutôt flatteur. Les sièges en tissus sont très confortables, leur version en cuir sont chauffants et intègrent des réglages électriques.

Plus luxueux, le nouveau RAV-4 est également plus habitable et convivial grâce à l’allongement de son châssis. L’empattement étendu de 70 mm offre davantage d’espace aux jambes pour les passagers des places arrière. Le porte-à-faux arrière allongé de 85 mm permet d’atteindre une longueur habitable de 1820 mm. Par rapport à l’ancien RAV-4, la distance d’assise avant/arrière augmente de 55 mm. En largeur, l’évolution est moins frappante. Le coffre est quant à lui élargi de 230 mm, sa capacité augmente de 47 % pour passer de 586 à 1469 litres. La porte arrière à ouverture latérale facilite le chargement. Le système « Toyota Easy Flat » offre un plancher parfaitement plat abritant les sièges arrière escamotables d’un tournemain, sans avoir à toucher aux appuie-tête ni à basculer les assises. La banquette arrière coulisse sur 165 mm pour encore plus de modularité.

En terme de sécurité, l’habitacle dispose de 9 airbags dont 1 pour protéger les genoux du conducteur. La position de conduite en hauteur permet de parfaitement appréhender la route. La suite des options comprend le démarrage sans clef, les compteurs sport « Optitron », la climatisation bi-zone, le GPS, le DVD tactile, la caméra arrière de stationnement ou encore les feux et essuie glaces à allumage automatisé, suivant la finition.

Motorisations / Boîtes

 

toyota-rav4-3Dès le lancement, trois motorisations sont immédiatement disponibles. Deux Diesel se partageront le gros des ventes mais une version essence est également au catalogue.

Disponible en boîte manuelle à 5 rapports ou automatique à 4 rapports, le bloc essence 2.0 litres VVT-i se montre souple et efficace avec ses 152 ch et son couple de 194 Nm. Equipé de la boîte automatique à 4 rapports, il se révèle bruyant sur autoroute mais offre des performances intéressantes.
BVM 5 : 209 g de CO2 / km et 0.02 g de NOx / km
BVA 4 : 218 g de CO2 / km et 0.04 g de NOx / km

En Diesel, le RAV-4 collectionne les bons points, les blocs D-4D injection à rampe commune sont en aluminium et se montrent à la fois souples, puissants et économiques. Leurs faibles taux de compression les rendent très agréables à utiliser en limitant les vibrations et le niveau sonore ainsi que la réponse du moteur. Un turbo à géométrie variable offre la puissance à nécessaire, et l’unique boîte de vitesses à 6 rapports disponible rend leur utilisation particulièrement agréable.

C’est dans sa version Diesel d’entrée de gamme que le RAV-4 remportera le plus de suffrage. Discret et économique avec une consommation moyenne de 6,6 litres / 100 km, il n’en est pas moins efficace avec sa puissance de 136 ch et son couple de 310 Nm qui lui permet d’atteindre 100 km/h en 10.5 secondes et de pointer à 180 km/h. Les rejets de CO2 sont de 177 g / km, le NOx ne dépasse pas 0.22 g / km.

Dans sa version 177 ch, le RAV-4 est tout simplement le plus puissant des SUV compacts. Avec un couple de 400 Nm, il est bien sûr le plus performant. Sa vitesse pointe à 200 km/h, le 0 à 100 km/h demande 9.3 secondes. La consommation oscille autour de 7,0 litres / 100 km, les émissions de particules et de NOx font parti des plus faibles de la catégorie avec 190 g de CO2 / km et 0.13 g de NOx / km.

L’aérodynamique a également été travaillée. Le cx de 0.31 est l’un des plus bas du segment. Il joue sur la consommation, les éventuelles perturbations sonores et la stabilité à haute vitesse.

Tenue de route / franchissement

Toyota RAV-4 2006Si nous devons retenir une seule chose du nouveau RAV-4, polyvalence sera le maître mot. Les capacités de tout-chemin côtoient un comportement routier digne d’une berline compacte. Les 4 roues motrices permettent le hors piste, tandis que la rigidité de son amortissement offre une stabilité importante et limite la prise de roulis. Son embonpoint est bien digéré grâce à un diamètre de braquage de 5.1 mètres qui facilite les manouvres. Ses qualités dynamiques sont surprenantes dans ce segment, l’association d’une direction assistée électrique souple et légère avec des suspensions fermes offre une réactivité importante.

Une assistance accrue

Notons l’impossibilité de déconnecter l’ESP, qui perturbe certains passages glissants sur la neige ou la boue. Le système de contrôle actif de conduite qui équipe le RAV-4 dès le deuxième niveau de finition « VX », corrige le tir et lui permet de circuler parfaitement sur tout type de chemins.
Ce contrôle actif de conduite fonctionne par l’interaction de trois systèmes :
– Le contrôle électronique de motricité 4×4 calcule et réparti en permanence le transfert du couple entre les roues avant et arrière à l’aide des capteurs de vitesse, d’angle de braquage et entre autres de l’angle du papillon des gaz. Le conducteur a tout de même la possibilité de verrouiller la répartition du couple à 55/45 à l’aide d’un bouton situé sur le tableau de bord.
– Le contrôle de stabilité « VSC » contrôle la vitesse de chacune des roues.
– La direction assistée électrique « EPS » apporte un couple de braquage d’appoint en cas de besoin.
L’assistance en montée « HAC » et la retenue en descente « DAC » sont également disponibles.

Angle d’approche : 28°

Garde au sol à l’essieu avant : 180 mm

Angle ventral : 20°

Garde au sol au centre : 190 mm

Angle de fuite : 24°

Garde au sol à l’essieu arrière : 180 mm

Notre avis

Style intérieur et extérieur 4 / 5 Sécurité active et passive 4 / 5
Qualité et finition 3 / 5 Plaisir de conduite 3 / 5
Ergonomie et simplicité 2 / 5 Performances pures 4 / 5
Equipement et options 3 / 5 Agrément moteur 4 / 5
Confort et suspensions 2 / 5 Budget achat et essence 3 / 5

3,4 / 5

Conclusion

toyota-rav4-5Le nouveau TOYOTA RAV-4 est un SUV polyvalent et élégant, doté d’un habitacle modulable et d’une sécurité (active et passive) au top de la catégorie. Son volume intérieur et ses performances en font un adversaire de taille, pour les monospaces bien moins ludiques.

Avec une répartition désormais habituelle de 90 % de Diesel, la motorisation D-4D 136 ch représentera le cour de la gamme. Les tarifs sont semblables à ceux du Nissan X-Trail 2.2 dCi 4 roues motrices, pour des prestations et une qualité supérieures, même si ce dernier fait la part belle à l’habitabilité tout comme le Land Rover Freelander. Les Coréens Hyundai et Kia ne devraient pas l’inquiéter, au même titre que Honda avec son CRV bien plus sages. Le Suzuki Vitara (disponible en 3 et 5 portes) parait plus inquiétant avec des prestations similaires.

Côté SUV premium, la version « D-4D 177 ch Clean Power Techno » disponible à 37 790 €, semble fin prête à concurrencer les BMW X3 (confort : 38 400 € / luxe : 44 100€). Il ne lui manque plus qu’une bonne boîte automatique à 5 ou 6 rapports pour que chacun y trouve son compte. Les écolos devront attendre un peu, la version hybride devrait voir le jour d’ici 2010.

Mandataire automobile TOYOTA

A retenir

On regrette On aime
– Pas de boîte de transfert – Comportement routier
– Boîte auto 4 rapports – Motorisations
– Design de la carrosserie et de l’habitacle
– Modularité

Fiche technique

Vitesse max: 180km/h Puissance max: 136 cv à 3600tr/min
0 à 100: 10,5 sec Couple: 310Nm dès 2000tr/min
Conso autoroute: 5,6 l/100 Transmission: Intégrale – BVM à 6 rapports
Conso miste: 6,6 l/100 Dimensions: (L/l/h) 4,39/1,81/1,68 m
Poid: 1585 kg Puissance fiscale: 8 cv
Moteur: 4 cylindres2231cc Diesel Prix: 29900 €